06 64 81 97 67

SYNTHÈSE : FORCE INTÉRIEURE

Carte à l’endroit :  Fermeté, centrage, alignement, énergie, Maîtrise de soi, autonomie, indépendance, force intérieure, force subtile, puissance, énergie vitale, force tranquille, action maîtrisée, a dompté ses instincts, son animal intérieur, maître de sa vie, bonne santé, maîtrise de sa sexualité, contrôle ses pulsions, volonté

Carte à l’envers :   manque d’énergie physique, force mal utilisée,  mauvaise santé, entêtement, égoïsme,  faiblesse .

Le personnage

 

 

  • Il n’y a pas d’environnement autour du personnage : La Force est la seule carte dont le personnage est présenté sans paysage, sans ciel, sans apparats. La Force se suffit à elle même. Son regard, sa conscience sont tournés vers l’intérieur.
  • Elle maintient la gueule d’un lion avec facilité avec seulement deux doigts : Le lion, roi des animaux, symbole de puissance, semble être  maîtrisé seulement avec deux doigts par une force subtile, par la force de caractère.
  • Seule la tête et la crinière du lion sont visibles : le reste du corps semble être intégré dans le corps du personnage. Le lion symbole notre part animale. 
  • Le vêtement tombe lourdement vers le sol : l’ancrage est nécessaire pour s’élever spirituellement
  • Six doigts de pied : on voit apparaître seulement un pied comportant étrangement six doigts. Cela pourrait aider le personnage à mieux se tenir debout. Ceci renforce l’ancrage du personnage.
  • La cape est rouge et sort du cadre: :Le rouge symbolise l’action. La cape est tournée vers la gauche, vers la Roue de Fortune (arcane n° 10). l’action intérieure de la Force est activée par le besoin de résilience exprimé par la Roue de Fortune 
  • le vêtement comporte essentiellement la couleur bleue : le bleu est le symbole de la réceptivité. Réceptivité intérieure

Le lion, notre part animale

Si l’on s’intéresse à l’impression générale de la carte de La Force, on y voit une femme et un animal très proche du corps du personnage. L’animal est un lion, symbole de puissance. L’impression de puissance est accentuée par la présence d’une crinière flamboyante et d’une gueule ouverte.

Seules la gueule et la crinière du lion sont présentes sur la carte. Ceci nous laisse imaginer que le reste du corps fait partie du personnage. Au niveau symbolique, le lion pourrait représenter notre part animale et sa puissance.

La femme maîtrise la gueule du lion avec, semble t il, une grande facilité. Si l’on imagine que le lion est en fait l’animal en nous, la carte pourrait signifier que notre force physique nous permet de maîtriser nos puissants instincts, nos pulsions issus de notre animalité. Mais la femme ne semble pas exercer une force physique pour maîtriser le lion. On pourrait alors aussi imaginer que nos instincts et pulsions sont ‘domptés’ par notre propre volonté, par une force plus subtile que la force physique. Dans cette hypothèse, le lion ouvre la gueule volontairement sous la légère impulsion des doigts du personnage.

 

Homme et animal

Le lion est partiellement intégré au personnage, ce qui suggère que nous avons une part animale. L’homme est avant tout un animal. Par exemple, nous avons plus de 99 % de gènes communs avec le chimpanzé. Notre monde actuel domine le monde animal, détruit avec frénésie les espèces sauvages. Intellectuellement, nous nous considérons comme une espèce à part alors que nous sommes avant tout des animaux. Nous nous distinguons des animaux par une partie de cerveau supplémentaire, qui mal utilisée nous entraîne vers un avenir incertain. Notre évolution actuelle nous éloigne de plus en plus de notre animalité, et encore plus de notre ‘sauvagerie’, au sens originel du terme. Nous avons tendance à oublier que nos instincts sont issus de nos origines animales.

 

Quels sont nos instincts, nos pulsions

Maîtriser ses instincts, ses pulsions: c’est le sens généralement donné à la carte de La Force. Quels sont nos instincts, nos pulsions ? Et que veut dire précisément maîtriser ? Les dominer, les restreindre, les refouler, les combattre ?

Un instinct est une tendance innée, à l’origine de certaines activités élémentaires automatiques de l’homme. Évidemment, les instincts basiques de l’homme et des animaux sont les mêmes, tout en se particularisant selon l’espèce :

  • Se nourrir pour survivre. Maîtriser la qualité et la quantité de notre nourriture nous permet de rester en bonne santé. Lorsqu’il y a excès, on connaît les effets négatifs sur notre organisme.
  • Se protéger. La peur est bienvenue lorsque l’on court un risque. La peur positive accentue notre vigilance, active le système cardiaque, monopolise les muscles pour nous préparer à la fuite ou à affronter un danger. Par contre, nous surprotéger, avoir des peurs incontrôlées, ou injustifiées nuisent à notre équilibre en mobilisant de l’énergie en permanence. La Force va nous aider à lutter contre nos peurs irraisonnées, tout en conservant l’instinct de peur quand celle ci survient à bon escient. Par exemple, un conducteur de voiture vivant dans une peur permanente (peur de l’avenir, peur de perdre son emploi,…) sera moins vigilant à sa conduite et n’aura peut être pas les bons réflexes quand le danger sera là.
  • Assurer la survie de l’espèce. Notre énergie sexuelle est certainement la plus puissante des énergies, car il en dépend de la survie des espèces, bien au-delà de notre propre survie. On pense évidemment à l’état amoureux dont l’une des fonctions est d’assurer la cohésion du couple. Cette énergie puissante non maîtrisée conduit aux perversions, addictions sexuelles.
  • Protéger nos proches. Participer à la survie de l’espèce par la reproduction ne suffit pas. Pour que notre progéniture, fragile et non autonome pendant les premières années de vie, puisse devenir à son tour adulte et autonome, la cohésion du couple, et plus globalement de la famille est nécessaire. Cette forte cohésion que l’on retrouve évidemment chez les animaux est aussi appelée ‘amour’. A un niveau plus large que la famille (groupe social, village, quartier,…), la cohésion entre membres du groupe peut prendre plusieurs formes : amitié, compassion, esprit d’entre aide,… Cette cohésion contribue à la survie de l’espèce.

Nos instincts sont puissants et parfois sollicitent une énergie considérable. Fort heureusement, car il s’agit de notre survie (manger, se reproduire, se protéger, protéger nos proches,…). Cette énergie peut déborder et conduire à des excès si elle n’est pas maîtrisée. Les pulsions peuvent concerner les domaines de l’alimentation, du sexe, de la violence physique et psychologique, de la colère, de la haine,… Contrôler nos pulsions et émotions associées nous permet de conserver notre potentiel énergétique, notre force pour les utiliser à bon escient dans notre chemin de vie. Nous devenons plus forts et résilients mentalement et aussi physiquement. C’est dans ce sens que l’arcane La Force est en relation avec la santé psychique et physique.

Comment maîtriser nos instincts, nos pulsions

Maîtriser nos instincts, nos pulsions serait remettre nos instincts à leur juste place et les utiliser à bon escient. 

Voici quelques pistes :

  • L’une des premières pistes serait simplement de connaître notre nature profonde. Notre curiosité pourrait porter sur des aspects scientifiques, si cela nous ne rebute pas : s’intéresser à la cosmologie (dont nous venons), aux sciences du vivant (ce que nous sommes en tant qu’être vivant), à l’ethnologie, anthropologie (nos origines), …
  • Pour être proche de notre nature profonde, le contact avec la nature, avec les animaux nous plonge dans un environnement proche de nos origines. Quoi de plus ressourçant qu’une promenade en forêt, fouler la terre, contempler les paysages, cultiver,… A défaut de contact direct avec la nature, on peut visionner de bons documentaires sur la nature et les animaux,…
  • Méditer sur la thème ‘qui suis je’. Trouver un endroit calme, se centrer sur sa respiration, revenir sur la question ’qui suis je’ quand le mental prend le dessus. Une telle méditation pratiquée régulièrement diminuera immanquablement l’activité mentale et amènera à la conscience des éléments de réponse à la question ‘qui suis je’ 

La Force nous invite à nous ancrer

On peut observer que les vêtements du personnage de l’arcane tombe sur le sol. Les pieds ne sont pas visibles, sauf les orteils d’un pied. Bizarrement, le pied comporte six doigts pouvant procurer une meilleure stabilité. Ces détails de la carte suggèrent l’ancrage.

La Force est la première carte d’une deuxième décade jusqu’à la carte 21 (Le Monde). Carte après carte, le tarot des cartes 11 à 21 nous montre le chemin vers l’élévation spirituelle. S’élever spirituellement nécessite en premier lieu un fort ancrage. A défaut d’ancrage, nous risquons de nous ‘envoler’. L’ancrage représente notre connexion à la Terre, à la Nature, à notre propre nature physique, à nos besoins matériels essentiels. Il est donc naturel que le chemin spirituel débute par ‘La Force’, symbole de l’ancrage.

La cape rouge sur un vêtement bleu sort du cadre

On peut voir que la cape du personnage sort du cadre vers la gauche de la carte. Sous la cape rouge, le personnage porte un vêtement bleu. Ces détails semblent anodins, mais leur symbolisme peut faire émerger du sens :

  • La cape, au sens premier, enveloppe le corps, le protège des intempéries, du froid.
  • La cape est rouge et sort du cadre. Le rouge est le symbole de l’activité. En sortant du cadre vers la gauche, on pourrait penser que cette activité est induite par la carte précédente, la Roue de Fortune. Pour l’essentiel, la Roue de Fortune représente la fin d’un cycle et le besoin d’être plus résilient face aux aléas de la vie. On pourrait dire que l’enveloppement, la protection de la cape permet à la Force de rester concentrée sur son intériorité.
  • Le vêtement sous la cape est essentiellement bleu. Le bleu, symbole d’intériorité, renforce le sens général de la carte. 

La Force et le Bâteleur sont en lien

La Force et Bateleur sont en lien à plus d’un titre :

 

  • Les deux arcanes entament un nouveau cycle. Avec le n° 1 le Bateleur débute la première décade, le cycle du ‘Faire’. La Force, carte n° 11 (10 + 1) démarre le cycle de la seconde décade, le cycle de l’Etre’. 
  • Les deux personnages portent un chapeau à bord large en forme de lemniscate. Il s’agit d’une forme utilisée pour représenter l’infini. Dans le cadre des deux lames, le symbole de l’infini au dessus de la tête des personnages suggère qu’il s’agit de l’infini du ciel, de l’univers. Le Bateleur et La Force utilisent ils les ressources, les capacités mises à disposition par l’univers, la création ? Cette hypothèse est renforcée par le sens des deux cartes. Le Bateleur découvre sur la table les outils, ses capacités qui lui seront utiles pour réaliser le cycle du ‘Faire’ du premier cycle. La Force découvre ses ressources intérieures pour se réaliser dans le cycle de l’Etre.

Lien avec d’autres arcanes

L’article ‘le tarot nous raconte une histoire (1/2)’ suggère que les 10 premières cartes du tarot représentent les deux premiers cycles de vie pour satisfaire nos besoins matériels (domaine du Faire). L’arcane 10 (la Roue de Fortune) est une carte de transition faisant émerger le besoin de plus de maîtrise de soi, plus de résilience face aux aléas de la vie. La Force est la première carte d’un nouveau cycle (domaine de l’Etre) répondant à ce besoin. Il faut chercher la résilience en nous même. ‘La Force’, la maîtrise de soi en est un premier pas. Un prochain article décrira ce cycle dont la consécration est l’arcane ‘La Tempérance’. 

Dernier article phare : le tarot nous raconte une histoire

L'un des derniers articles propose d'explorer le lien entre les dix premiers arcanes majeurs. Si l'on étudie le tarot sous un angle psychologique et en faisant référence aux modèles de développement psychologique, alors la cohérence entre les arcanes devient REMARQUABLE.

N'hésitez pas à me laisser des commentaires, des suggestions. Bonne lecture.

VOIR L'ARTICLE

 

Vous êtes inscrit !